loi de parkinsonVous connaissez probablement la loi de parkinson qui nous dit  que :

« Le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement.« 

La véracité de cette loi n’est plus à prouver. Cependant connaître cette loi, c’est une chose. Mais savoir comment la mettre en pratique en est une autre !

Cet article présente concrètement de quelle manière on peut « jouer » avec cette loi pour accomplir plus en un temps réduit.

Imaginez que vous ayez 5 tâches / travaux à réaliser durant vos vacances qui durent 2 semaines. A coup sûr vous allez utiliser vos 2 semaines ! Par contre la réalisation de ces tâches en dehors de vos vacances, lorsque votre temps est compté peut être beaucoup plus rapide.

Il faut donc maîtriser les durées que l’on attribue aux tâches si l’on ne veut pas que leurs réalisations prennent une éternité.

Profiter de la loi de Parkinson pour plus de productivité

La première habitude à prendre est la suivante :

Ne jamais commencer une tâche / activité sans lui avoir au préalable accordé un budget temps.

Il n’est pas nécessaire d’être très précis, il suffit d’un ordre de grandeur, une limite maximale que l’on essaye de ne pas dépasser.

Ensuite, lors de la réalisation, il est important de vérifier le temps qui passe pour nous rappeler l’objectif de temps précédemment défini.

Si on dépasse, ou si l’on finit plus tôt, pas de panique ! Le simple fait d’avoir surveillé l’heure pour respecter notre mini « dead-line » a déjà boosté notre productivité. Le but n’est pas d’être précis du premier coup. Avec le temps on apprend de toutes façons à mieux évaluer nos besoins en temps.

La loi de Parkinson, mode d’emploi :

Au bureau, je recommande de placer un petit carnet « Attribution du temps » sur le poste de travail. On peut découper la journée en deux périodes. La matinée, et l’après-midi. Toutes deux se terminent à une heure précise qu’il ne faut pas dépasser. L’heure d’aller manger vers 12h et bien sûr l’heure à laquelle on désire quitter le bureau.

Au début de chaque période, vous pouvez ainsi écrire une liste des quelques tâches que vous voulez entreprendre. En face de chaque nom de tâche écrivez votre estimation du temps qu’elle nécessite.

loi de parkinson au bureau

Vous pouvez attribuer autant de minutes / heures qu’il y en a durant une période donnée. On peut évidemment se donner un peu de marge et essayer de terminer plus tôt. Les imprévus sont courants !

Après avoir réalisé les tâches vous pouvez reporter la durée réelle qui a été nécessaire. Ne jetez pas vos anciennes estimations, elle sont utiles pour corriger le tir si vous êtes amené à réaliser plusieurs fois les mêmes tâches.

Internet : Un outil puissant …  à double tranchant !

Le carnet d’attribution du temps est encore plus indispensable pour le travail sur ordinateur, avec accès internet. Comme je l’ai expliqué dans l’article « Comment avoir plus de temps« , internet est truffé de Voleurs de Temps qui nous interrompent ci et là dans nos activités. Il s’agit des e-mails, des sites internet, de facebook, etc. Ainsi il est facile de se laisser distraire et de perdre toute notion du temps qui passe. Avoir le petit carnet à côté de soi permet de garder nos objectifs de temps en tête et donc d’éviter les digressions.

Comment surveiller le temps qui passe ?

Question un peu bête ? 🙂 Avec une montre c’est évidemment possible. Mais vous pouvez aussi insérer sur votre bureau d’ordinateur un petit chronomètre tel que le montre l’image à droite.

Sinon il existe un « réveil » assez spécial et qui fonctionne très bien pour aider à améliorer la notion du temps qui passe : Il s’agit du « Time Timer » :

Compteur Time Timer

Le compteur « Time Timer »

Ce compte à rebours avec un affichage particulier qui permet de très bien visualiser le temps qui s’écoule. Ainsi il est difficile d’ignorer « le temps qui passe ». On en a systématiquement conscience quand le Time Timer est posé sur notre bureau. Donc automatiquement, notre productivité augmente. Génial, non ? Même si ce « réveil » n’est pas donné, il est vraiment efficace.

Avec l’expérience, on estime mieux nos besoins en temps, on améliore donc notre productivité ce qui apporte beaucoup de satisfaction. Comme dans toute méthode d’organisation, le plus dur est d’être suffisamment patient avant de pouvoir récolter les fruits de ce que l’on a semé. Par la suite, le succès se charge tout seul de nous motiver à continuer. C’est un cercle vertueux !

J’utilise cette méthode depuis plus d’un an et je la trouve particulièrement efficace. Il  m’arrive parfois de ne pas l’utiliser, simplement par envie de travailler au « feeling ». Savoir lâcher du lest, perdre un peu d’efficacité pour souffler un peu, ça ne fait jamais de mal. On apprécie d’autant plus ces moments quand on se les « offre ».

Voilà, merci d’avoir lu cet article !

N’hésitez pas à partager vos impressions via les commentaires et à partager cet article avec vos collègues et amis ! Peut-être avez-vous déjà l’habitude d’utiliser une technique similaire ?

Recevez le guide gratuit

"S'organiser avec succès"

Vous y découvrirez comment :

 

  Ne plus rien remettre au  lendemain

 Ne plus jamais être  débordé (-e)

 Avoir  plus de temps libre 

Votre inscription est validée, vous allez recevoir votre cadeau par e-mail dans quelques instants !

Share This