Bien que la pratique d’un sport puisse nous procurer du plaisir, il n’en est pas moins qu’avec le temps et la routine, la motivation s’érode pour finir par disparaître complètement.

Comment faire pour rester motivé tout le temps, sans que cela ne nous demande plus d’énergie ? Pourquoi certaines personnes arrivent-elles à rester sportives et motivées durant des années ?

Ces personnes, utilisent ( parfois sans le savoir ) 4 ingrédients clefs, pour garder leur réservoir de motivation toujours rempli.

Que vous souhaitiez utiliser la course à pied pour maigrir, ou pratiquer n’importe quel autre sport pour votre santé ou moral, tout ce que vous devez savoir se trouve dans cet article 🙂

Dans la suite de l’article j’utilise l’analogie entre le réservoir d’un véhicule avec son carburant, et un sportif avec sa « motivation ». Une fois le réservoir d’essence vide, la voiture n’avance plus. Il en est de même avec le sportif qui perd sa motivation. Il faut donc veiller à toujours ajuster le niveau de notre réservoir de motivation.

Pour cela j’ai identifié 4 « ingrédients« , à partir desquels on peut produire de la motivation. Il s’agit des Objectifs, du Plaisir instantané, de la Progression, et de l’Accomplissement. Chacun permet de produire de la motivation de manière différente. Dans la suite de l’article j’explique donc comment ces 4 ingrédients fonctionnent et influencent notre niveau de Motivation.

1er ingrédient : Les Objectifs

Un objectif est un moyen très simple de s’alimenter en motivation. On le retrouve dans la vie de tous les jours. Il peut être de très long, ou de très court terme. Les objectifs permettent de produire facilement de la motivation. Les « bons » objectifs, qui nous stimulent suffisamment pour produire de manière durable de la motivation ont tous des caractéristiques communes. Dans la vie professionnelle, un bon objectif est un objectif « S.M.A.R.T« . Ce concept peut évidement être transposé pour notre pratique sportive.

  • Spécifique

Un bon objectif doit décrire précisément la situation à atteindre et les résultats à atteindre. L’objectif est précis et sans équivoque.

  • Mesurable

On doit pouvoir mesurer notre progression à l’aide d’indicateurs, facilement mesurables. En répondant à des questions simples, on peut savoir si l’objectif est atteint ou non.

  • Ambitieux

L’objectif doit impliquer un certain effort, un engagement. Un objectif sans challenge n’est pas source de motivation !

  • Réaliste

Un objectif irréalisable, n’entraîne que déception et sentiment d’échec. Il faut éviter de perdre de l’énergie à essayer d’atteindre ce genre d’objectif. Dans le sport, ce qui peut rendre un objectif irréalisable, c’est souvent que l’on minimise le temps nécessaire pour l’atteindre.

  • Temporellement défini

Un objectif doit être clairement défini dans le temps avec une durée, une date butoir, des étapes. Les dates de mesure de nos indicateurs de progrès doivent aussi être définies.

Voici un exemple d’objectif qui n’est pas SMART :

« J’ai décidé de courir 30 minutes tous les dimanches »

Cet objectif n’est pas spécifique, il est mal défini. La progression n’est pas du tout mesurable (la progression n’a même pas été envisagée). Il n’est pas ambitieux. En effet n’importe quelle personne de n’importe quel âge est capable de courir plus de 30 minutes par semaine. Pour finir, en plus de ne pas être spécifique, il n’est pas déterminé dans le temps. Je ne saurai jamais à quel moment je serai censé avoir atteint ( ou non ) mon objectif.

Un objectif similaire mais qui serait SMART pourrait ressembler à :

« D’ici 3 mois, je serai capable de courir pendant 1 heure (à environ 8-10 km/h) »

Cet objectif est beaucoup plus spécifique (sa description est sans équivoque). La progression est ici facilement mesurable. Le fait qu’il soit temporellement défini aide à établir un suivi de la progression. Il suffit par exemple de mesurer notre durée d’effort toutes les deux semaines. Il est réaliste car de nombreuses personnes sont déjà capables de le faire (donc moi aussi). Pour finir il est tout de même ambitieux si je suis un coureur débutant.

Particularité des objectifs : Les objectifs SMART offrent une motivation qui peut être élevée au départ ( selon le type d’objectif et l’importance que l’on y accorde). Cependant, sur le long terme, un objectif produit de moins en moins de motivation. Dans le cas d’un objectif qui n’a pas été abandonné, la motivation peut de nouveau augmenter à l’approche de l’accomplissement. On pourrait représenter le phénomène avec la courbe suivante :

2nd ingrédient : La Progression

On peut produire de la motivation par le constat de progrès dans notre discipline. Cet ingrédient est directement lié à la notion d’objectif. A eux deux, ils constituent la base de la gestion de projet que l’on connait en entreprise. Le fait de progresser nous encourage à persister dans nos efforts et justifie l’énergie jusque-là dépensée pour y parvenir. Progresser nous rapproche de notre Objectif. Beaucoup de sportifs débutants se retrouvent en « panne » de motivation à cause d’objectifs qu’ils n’ont pas bien définis, ou de progression qu’ils ne mesurent pas.

En effet, pour bénéficier de motivation à partir de notre progression il faut pour cela pouvoir la mesurer. Et pour la mesurer, il faut trouver des indicateurs facilement mesurables.

En course à pied par exemple, la Vitesse Maximale Aérobie (VMA) peut constituer un bon indicateur. Il s’agit de la vitesse pour laquelle notre consommation d’oxygène est maximale. Une personne sédentaire dispose d’une VMA proche 9-10 km/h alors qu’un individu entrainé peut facilement dépasser 20 km/h. En faisant régulièrement un test de VMA on peut donc évaluer nos progrès. J’explique comment s’entraîner à la course à pied et réaliser des test de VMA dans l’article « Courir SANS cardiofréquencemètre« .

D’autres indicateurs peuvent être utilisés dans différents sport. Certains seront plus pertinents que d’autres par rapport à un objectif donné. On peut utiliser la distance, la vitesse, la fréquence cardiaque… En natation par exemple, le nombre de battements de bras ramené à la distance nagée est un indicateur de la qualité technique de la nage. En escalade, la difficulté de la voie etc.

Particularité : Cette source de motivation est relativement puissante et peut être utilisée sur le long terme. Elle n’est cependant pas tout de suite mobilisable lorsque l’on débute. On pourrait représenter le phénomène avec la courbe suivante :[emaillocker id=3572]

3ème Ingrédient : Le Plaisir Instantané

Le Plaisir Instantané constitue le plaisir que l’on prend durant la pratique d’un sport. Ce plaisir dépend énormément du contexte de la pratique sportive ( le lieu, l’heure, le terrain etc.). Évidemment ce plaisir est souvent influencé par notre confort durant la pratique, et donc souvent, par le choix du matériel.

Choisir son équipement

La manière la plus simple de présenter ce qu’est le Plaisir Instantané est de l’illustrer avec quelques exemples :

– Une personne aime courir, notamment le matin, car sentir son corps en mouvement et l’air frais sur son visage lui procure du plaisir.

courir sur la plage– Une personne aime faire de l’escalade en falaise car cela lui procure un sentiment de liberté et d’évasion qu’elle apprécie. (En salle, le contexte n’est pas le même, le plaisir non plus).

– Une personne peut prendre du plaisir à aller travailler à vélo car l’aspect écologique est en accord avec ses convictions (aspect très subjectif).

Pour résumer, le Plaisir Instantané est dépendant des conditions et du contexte de notre pratique sportive. Ces conditions sont aussi spécifiques à un individu. A chacun de déterminer ce qui lui convient le mieux.

Particularité : Le Plaisir Instantané est une source de motivation qui peut à la fois être constante comme volatile. Cela dépend entièrement de notre capacité à rester dans notre contexte de « confort » : notre lieu préféré, au moment préféré, avec le matériel qui nous convient le mieux. On pourrait représenter le phénomène avec la courbe suivante :

4ème et dernier ingrédient : L’accomplissement

Après avoir réalisé un objectif, nous pouvons gagner « gratuitement » une quantité importante de motivation. La quantité de motivation récupérée est proportionnelle à l’ampleur du projet que nous avons accompli, au temps et à l’énergie que nous y avons investi. Elle dépend aussi du niveau de performance accompli (plus ou moins valable selon le sport ). Les compétitions, en tant qu’objectifs, apportent cet avantage. Grâce à un classement ou à un temps, l’accomplissement peut être renforcé par la mesure de notre performance finale.

Particularité : Cette source d’énergie, de motivation, peut-être extrêmement puissante. Elle peut nous rendre heureux nuit et jours sans-interruption durant plusieurs semaines. L’inconvénient de cette source de motivation est qu’elle tout de même éphémère et peut laisser place à un certain désœuvrement. On pourrait représenter le phénomène avec la courbe suivante :

Nous avons réussi, certes. Mais après l’euphorie peut apparaître un certain égarement. Nous n’avons plus d’Objectif à atteindre, plus de progression à mesurer. Il ne nous reste que le plaisir instantané, qui n’est pas toujours capable, à lui, seul de nous approvisionner en motivation.

C’est pour cette raison, je pense, qu’il est important de voir grand et loin. Je pense qu’une méthode efficace consiste à choisir un objectif « ultime » avec une échéance relativement lointaine. Ensuite, il serait nécessaire de déterminer des objectifs intermédiaires qui vont nous permettre, pas à pas, d’y parvenir. Pour reprendre l’exemple de la course à pied, Il existe des personnes qui ont couru « un » marathon. Puis, rien. Retour à la sédentarité. Pour ma part, je pense qu’une approche plus progressive garantit une motivation optimale et durable. A chaque objectif en succède un autre, il n’y a pas de rupture dans l’utilisation des 4 ingrédients « magiques ». Pour définir l’ensemble de nos objectifs il est important de prendre du temps pour rêver, réfléchir et planifier.

Pour finir, je tiens à préciser que l’utilisation de ces 4 ingrédients dépend à la fois du sport choisi mais aussi des préférences de chacun. Certains sports, très techniques peuvent procurer des plaisirs instantanés élevés. Dans d’autres sports c’est la poursuite d’un objectif et l’accomplissement qui prédominent. De même, certaines personnes sont plus sensibles aux sensations ( plaisir instantané ) alors que pour d’autres, c’est le constat d’une progression qui importe le plus. A chacun de nous d’y réfléchir et de pondérer l’usage de ces ingrédients selon nos préférences.

Voilà, j’en ai terminé avec cet article. J’espère avoir réussi à rester clair et concis, même si le sujet appelle à en écrire davantage. Je n’ai pour l’instant que présenté et donné quelques exemples pour illustrer mes propos. Je suis conscient que des conseils pratiques seraient utiles pour nous permettre de concrétiser cette approche de la motivation par les 4 Ingrédients.

C’est pour cette raison que l’article Sport et motivation (2) est consacré à la mise en pratique. Finalement, tout se joue avant même de commencer à pratiquer notre sport.

Si cet article vous a plus (ou non), n’hésitez pas à me le faire savoir, par exemple en me laissant un commentaire, ou en cliquant sur l’icône « j’aime » si vous disposez d’un compte facebook.

La rédaction d’un article et sa relecture me prennent du temps, pour être informé directement par mail de la parution de nouveaux articles, abonnez-vous à la Newsletter !

[/emaillocker]

Share This